Blog

Snegourotchka à l’Opéra Bastille

L’opéra russe est à l’honneur à l’Opéra Bastille ce printemps. On commence avec  La Fille de neige de Rimski-Korsakov. Présenté pour la première fois à l’Opéra national de Paris,  du 15 avril au 03 mai 2017, cet opéra de 1882, opéra préféré de son compositeur, s’inspire de la légende de Snegourotchka, joyau de la culture populaire russe mis en poème par Alexandre Ostrovski en 1873. On retrouvera ici les interprètes Aida Garifullina et Martina Serafin dans une mise en scène très attendue de Dmitri Tcherniakov.

Notre élève Anne, musicienne professionnelle, a beaucoup apprécié le spectacle et vous le recommande même si la mise en scène moderne peut surprendre au début.

Et pour en savoir plus sur La Fille de neige, écoutez le podcast (7′ environ) que vous offre le site de l’Opéra.

Ciné-club russe au Majestic Passy

En prolongement du festival « Regards de Russie » de l’automne 2016, le cinéma Majestic Passy (18 rue de Passy 75016 Paris.) projette un mardi par mois une sélection des films montrés à cette édition 2016, ainsi que d’autres œuvres originales de cinéastes russes contemporains. Les trois séances seront précédées d’une présentation d’Eugénie Zvonkine, spécialiste du cinéma russe.
– 4 avril 2017 à 20h30 : Récits, de Mikhaïl Segal
– 9 mai 2017 à 20h30 : 14 ans – premier amour, d’Andreï Zaïtsev en présence du réalisateur
– 27 juin 2017 à 20h30 : Le Carrosse Vert, d’Oleg Assadouline

« Les Russes – L’esprit d’un peuple » de Marc Ferro

Spécialiste reconnu de la Russie, Marc Ferro poursuit avec ardeur son travail d’historien depuis un bon demi-siècle. Et il nous en livre un excellent témoignage avec son dernier ouvrage Les Russes-L’esprit d’un peuple (Tallandier, 222 pages, 19,90€). Pas de démonstration ici, pas d’histiriographie officielle, Marc Ferro mobilise plutôt ses souvenirs personnels pour nous décrire l’évolution d’un peuple depuis la Révolution de 1917. L’approche est volontairement subjective, voire pointilliste à force d’anecdotes. Mais ce livre se lit agréablement, et mine de rien, Marc Ferro en profite pour vous suggérer quelques idées forces sur ce siècle d’histoire et l’influence qu’il a exercé sur la psyché russe.

Lecture musicale des « Chroniques de Billancourt » à la VOZ’ Galerie à Boulogne

En écho au centenaire de la révolution russe de 1917 et à l’exposition « Memento Mori », natures mortes du peintre d’origine russe Natacha Nikouline à la VOZ’Galerie à Boulogne, la Compagnie du Pil vous raconte en musique Chroniques de Billancourt et nouvelles de Nina Berberova (1901-1993), ainsi que L’apocalypse en chantant, écrits de Mikhaïl Bakhrouchine, ancêtre de Natacha Nikouline. Cette performance des comédiens Carole Bourdon et Julien Menici et de l’accordéoniste Didier Buisson a lieu dimanche 19 mars 2017 à 17h (17h : Accueil, 17h30-19h : Lecture musicale, 19h : Échanges et cocktail dînatoire) à la Voz’Galerie  (41 rue de l’Est, 92 Boulogne) pour la modique somme de 8€.

Chroniques de Billancourt, Nina Berberova, Éditions Actes Sud, 1992, 256 pages, 19,80 €
Nouvelles traduites du russe par Alexandra Pletnioff-Boutin:
En 1925, Nina Berberova découvre Billancourt, sa colonie russe et ses usines Renault où dix mille de ses compatriotes en exil travaillent. C’est la vie quotidienne de ce petit peuple de déracinés qu’elle décrit dans ces Chroniques publiées entre 1928 et 1934.

L’apocalypse en chantant, Mikhaïl Bakrouchine, Éditions Vérone, 2017, 268 pages, 19,50 € :
Traduit et adapté à partir de notes autobiographiques par Alexis et Alexandre Nikouline
« Parvenu à Londres, après maintes péripéties, Mikhaïl Dimitrievitch Bakhrouchine se remémore son incroyable histoire. Issu d’une grande famille d’industriels moscovites, évoluant dans les milieux des collectionneurs d’art en Russie, « Micha » retrace dans ses mémoires sa jeunesse dorée, sa participation à la première guerre mondiale et à la guerre civile russe, ainsi que sa vie de réfugié puis d’émigré à Constantinople… »

3ème Festival du film russe de Paris

Après « Quand les Russes aiment » en 2016, « Quand les Russes chantent » est le thème de cette édition 2017 du Festival du film russe de Paris. Comédies musicales et films ayant pour thème la musique se succèderont du lundi 6 mars au mardi 14 mars 2017 dans 4 cinémas de Paris: le Balzac (Paris 8ème), le Grand Action (Paris 5ème), le Christine 21 (Paris 6ème), ainsi que le Max Linder (paris 9èmer) pour les courts métrages.

Notons déjà quelques temps forts: cérémonie d’ouverture lundi 6 mars à 19h30 au Balzac avec projection de La Dame de pique de Pavel Lounguine. Lequel Lounguine présentera lui-même son film et sera aussi présent à une rencontre autour du cinéma russe le mardi 7 mars à 17h au nouveau Centre spirituel et culturel orthodoxe russe du quai Branly. Mercredi 8 mars à 20h30, ciné-concert au Balzac avec La Grève, un film rarement projeté d’Eisenstein. Samedi 11 mars à partir de 18h au Grand Action, rencontre avec Andreï Konchalovski puis projection de son film Paradis. Et enfin mardi 14 mars à 20h au Grand Action, cérémonie de clôture du festival avec remise des prix. Et tous les détails sur le site du festival.

Lénine et la Révolution de février 1917 sur Arte

La Révolution russe a commencé non pas en octobre 1917, mais en février 1917 avec des manifestations de femmes qui mènent à l’abdication de Nicolas II et à l’avènement d’une république bourgeoise dirigée par Alexandre Kerenski. Lénine, encore en exil, n’a rien vu venir… Et n’aura de cesse de pousser à une autre révolution, celle des Bolchéviks, qui aura lieu en octobre 1917.

Pour célébrer ce centenaire révolutionnaire, Arte propose ce mardi 28 février 2017 à 20h50 un documentaire exceptionnel de 95 minutes nourri d’images d’époque. Et si l’horaire ne vous convient pas, tout n’est pas perdu, Lénine, une autre histoire de la révolution russe est disponible en replay pendant une semaine après!

« Kollektsia » s’enrichit de 100 nouvelles oeuvres

Coup marketing pour faire revenir les visiteurs? L’exposition Kollektsia au centre Pompidou depuis septembre, dont nous vous avions parlé à l’époque, offre une rétrospective d’oeuvres soviétiques et russes couvrant la période 1950-1990. Et ces oeuvres provenant de la Vladimir Potanin Foundation font l’objet d’une donation et resteront acquises au Centre Pompidou.

La Vladimir Potanin Foundation semble avoir gardé quelques réserves qu’elle joint aujourd’hui à l’exposition et à la donation. Une centaine d’oeuvres supplémentaires enrichiront le parcours de Kollektsia à partrir du 27 février jusqu’au 27 mars 2017, jour final d’exposition. Faites comme nous: réservez vos billets dès maintenant!

Vladimir Yakovlev, Chat de gouttière tenant un oiseau, 1980

Exposition Léon Bakst à l’Opéra Garnier

Il n’est pas trop tard (jusqu’au  4 mars 2017), nous signale notre élève Marie, pour aller voir « Bakst: des Ballets russes à la haute couture » au palais Garnier. Formé à l’Académie des beaux-arts de Saint-Pétersbourg, Léon Bakst (1866-1924) commence une carrière d’illustrateur. Fréquentations artistiques (Serge Diaghilev) et voyages le feront devenir peintre et décorateur de théâtre et à s’exiler à Paris : Léon Bakst est connu pour avoir été le principal collaborateur des Ballets russes de 1909 à 1921. Il a aussi conçu décors et costumes pour l’Opéra de Paris après 1921 et travaillé avec les plus grands créateurs de Paris. Ce faisant, il révolutionne non seulement la décoration théâtrale mais aussi la mode et les arts décoratifs de l’époque.

« Le triomphe de Léon Bakst vint balayer nos scènes et substituer à la poussière grise une poussière nouvelle, poussière d’or et de vives couleurs ». Un compliment signé Jean Cocterau lui-même. Et une invitation à aller découvrir cet artiste aujourd’hui méconnu à travers la présente rétrospective de la BnF et de l’Opéra National pour son 150ème anniversaire.

Journées du livre russe 2017

Les  8e Journées Européennes du Livre Russe et des Littératures Russophones se tiendront les samedi 4 et dimanche 5 février 2017 à la mairie du 5e arrondissement comme les autres années. Deux journées très denses de rencontres avec éditeurs et auteurs russes et russophones.

Olga vous recommande, particulièrement aux élèves des cours « Supérieur » qui lisent actuellement un de ses livres, d’aller voir et écouter Dina Rubina qui participe à deux tables rondes dimanche à 12h et 13h30. Un écrivain encore peu traduit en France, tant sa langue est imagée et magnifique.

Parmi les autres participants: Vladimir Fedorovski bien sûr; Véronique Lossky, traductrice des poèmes de Marina Tsvetaeva dont nous vous avons parlé au printemps dernier; et Emilie Maj, éditrice de Boréalia qui nous propose chaque année ses livres traduits d’auteurs du grand nord russe.

Programme détaillé sur le site des Journées du livre russe.

L’âme russe, concert de l’Orchestre Lamoureux

L’Orchestre Lamoureux, orchestre symphonique parisien fondé en 1881 et associé au Théâtre des Champs-Elysées, propose un concert dédié à l’âme russe le 22 janvier 2017  à 17h. Fort de ses 85 musiciens titulaires, il jouera sous la direction de Philippe de Chalendar l’iconique Concerto n° 2 de Rachmaninov avec l’appui de  la jeune pianiste ukrainienne Anna Fedorova. Le programme inclut aussi des pièces pour chœur a cappella de Rachmaninov, Moussorgski et Machuel, ainsi que Shéhérazade de Rimsky-Korsakov.

Réservations : http://www.forumsirius.fr/orion/tce.phtml?spec=1799&site=1617 / tarifs de 5 à 40€