Blog

Journées du livre russe 2017

Les  8e Journées Européennes du Livre Russe et des Littératures Russophones se tiendront les samedi 4 et dimanche 5 février 2017 à la mairie du 5e arrondissement comme les autres années. Deux journées très denses de rencontres avec éditeurs et auteurs russes et russophones.

Olga vous recommande, particulièrement aux élèves des cours « Supérieur » qui lisent actuellement un de ses livres, d’aller voir et écouter Dina Rubina qui participe à deux tables rondes dimanche à 12h et 13h30. Un écrivain encore peu traduit en France, tant sa langue est imagée et magnifique.

Parmi les autres participants: Vladimir Fedorovski bien sûr; Véronique Lossky, traductrice des poèmes de Marina Tsvetaeva dont nous vous avons parlé au printemps dernier; et Emilie Maj, éditrice de Boréalia qui nous propose chaque année ses livres traduits d’auteurs du grand nord russe.

Programme détaillé sur le site des Journées du livre russe.

L’âme russe, concert de l’Orchestre Lamoureux

L’Orchestre Lamoureux, orchestre symphonique parisien fondé en 1881 et associé au Théâtre des Champs-Elysées, propose un concert dédié à l’âme russe le 22 janvier 2017  à 17h. Fort de ses 85 musiciens titulaires, il jouera sous la direction de Philippe de Chalendar l’iconique Concerto n° 2 de Rachmaninov avec l’appui de  la jeune pianiste ukrainienne Anna Fedorova. Le programme inclut aussi des pièces pour chœur a cappella de Rachmaninov, Moussorgski et Machuel, ainsi que Shéhérazade de Rimsky-Korsakov.

Réservations : http://www.forumsirius.fr/orion/tce.phtml?spec=1799&site=1617 / tarifs de 5 à 40€

Zvizdal au CentQuatre

Notre élève Anne nous recommande Zvizdal, une performance théâtrale multimedia à base d’un film documentaire sur Pietro et Nadia, un couple d’octogénaires qui a refusé de quitter son village Zvizdal près de Tchernobyl après la catastrophe il y a 30 ans. La journaliste Cathy Blisson (ex-Télérama) les a rencontrés et a décidé d’en faire un projet avec  Bart Baele et Yves Degryse du groupe BERLIN.  Filmé au fil du temps et des saisons, cinq ans durant, le couple d’octogénaires, isolé dans une zone de non-vie toujours contaminée, se révèle lentement.

Les spectateurs sont invités à s’immerger ensemble dans ce monde en voie de disparition, à travers un dispositif bi-frontal. Projetées de part et d’autre d’un écran central, les images documentaires se mêlent aux images captées en direct dans trois maquettes, reproductions du biotope de Pétro et Nadia à différents saisons de leur existence. Le spectacle Zvizdal est à voir au CentQuatre (www.104.fr) rue Curial (19ème) juqu’au 17 décembre 2016, mais est aussi intégré au parcours de l’exposition Soulèvements, à découvrir au Jeu de Paume place de la Concorde jusqu’au 15 janvier 2017 (www.jeudepaume.org).

Lettres d’une vie d’Anton Tchekhov

Une idée de cadeau pour votre liste au Père Noël? La collection Bouquins chez Robert Laffont vient juste de publier Vivre de mes rêves, Lettres d’une vie d’Anton Tchekhov (1120 pages, 32€). Un choix de lettres – 800 tout de même – qui suit la vie de cet homme qui était écrivain mais aussi médecin humaniste: il n’hésite pas à l’âge de 30 ans à voyager jusqu’à l’île de Sakhaline pour enquêter sur la condition des bagnards. Anton Tchekhov s’offre ici à nous comme dans une autobiographie.

tchekhov-anton_vivre-de-mes-reves

La collection Chtchoukine à la Fondation Louis Vuitton

Joli coup pour la Fondation Louis Vuitton, récemment établie à Neuilly, qui a réussi à brûler la politesse à des institutions plus établies comme le musée d’Orsay ou le Grand Palais : c’est elle qui accueille la première sortie de la collection Chtchoukine hors des murs du musée de l’Ermitage de Saint-Petersbourg et du musée Pouchkine de Moscou.

Issue des achats éclairés du richissime marchand Sergueï Chtchoukine au début du XXème siècle, cette collection recèle nombre de chefs d’oeuvre des mouvements impressionistes, fauvistes ou cubistes: Renoir, Courbet, Monet, Derain, Matisse, Picasso et on en passe… La collection a été nationalisée en 1918 par le gouvernement soviétique, cachée comme « art bourgeois » par Staline avant d’être réexposée aux musées Pouchkine et de l’Emitage dès les années 60, mais sans que le nom de Chtchoukine y soit alors associé.

Olga vous recommande particulièrement cette exposition qui contient nombre de tableaux compagnons de sa jeunesse à Leningrad. En tout 130 tableaux, y compris des artistes  de l’Avant-Garde russe comme Malevitch, Rodtchenko, Larionov et Gontcharova, ont fait le voyage jusqu’ici et sont à admirer à la Fondation Louis Vuitton jusqu’au 20 février 2017. Au vu de l’affluence, réservez dès que possible votre visite sur le site de la Fondation.

La desserte rouge (1908) de Henri Matisse

La desserte rouge (1908) de Henri Matisse

 

Semaine du cinéma russe avec Regards de Russie 2016

regards-de-russie-2016Comme chaque année, « Regards de Russie » est l’occasion de découvrir les nouveaux films russes. Pour cette édition 2016, 16 films récemment sortis sont à l’affiche du 9 au 15 novembre au cinéma parisien L’Arlequin (76 rue de Rennes, Paris 6ème), secondé par le Majestic Passy (une séance) et le Reflet Medicis (deux séances). Projections en vo avec sous-titres en français, parfait pour pratiquer et exercer votre oreille!

Ekaterina vous recommande particulièrement Le Disciple de Kirill Serebrennikov (vendredi 11 novembre). Et Olga a remarqué Le Salut d’ Ivan Vyrypaïev (vendredi 11 novembre ou lundi 14 novembre), talentueux metteur en scène dont nous vous avions parlé au printemps pour sa pièce de théâtre Illusions.

Programme détaillé et horaires sur le site du cinéma Arlequin.

« Manuel de Libération » d’Alexandre Kuznetsov

Né en 1957, Photographe et cinéaste, Alexandre Kuznetsov a déjà réalisé deux films documentaires remarqués: Territoire de la liberté (2014) et surtout Territoire de l’amour (2010) dépeignant la richesse humaine de gens internés dans un institut neuropsychiatrique non loin de sa ville de Krasnoiarsk. Il y est retourné pour son troisème documentaire, Manuel de Libération.

 » Ce lieu, que l’on appelle communément « asile d’aliénés » fait partie du système psychiatrique russe, mais comble également les carences de l’État dans le domaine de l’accueil d’enfants difficiles élevés en orphelinat, détaille Alexandre Kuznetsov. Ainsi se côtoient de réels malades psychiques et des personnes ordinaires qui semblent s’y trouver par injustice.

En août 2011, Sergueï Yefrémov, directeur de l’internat, m’annonce qu’il prépare les documents pour entamer une procédure judiciaire en faveur de Yulia Danilouchkina.
Depuis quelques temps, Segueï Efremov s’appuie sur un nouveau décret pour aider certains de ses internés à recouvrer leurs droits civiques et à tenter de vivre en dehors de l’internat. J’ai immédiatement pensé au titre : Manuel de libération. Un film pour montrer comment il est possible de changer son destin, et d’échapper à cette prison psychiatrique grâce à la législation russe même.

Manuel de libération est pour moi un film qui se situe sur le terrain de l’action, de la transformation. Mais il contient pour moi une autre dimension : quand je suis avec mes personnages, je suis du côté de l’émotion que je veux faire partager dans mes images. Je filme la machine étatique et face à elle, la fragilité et la force de ceux qui tentent de résister. »

Enfin finalisé, ce film exemplaire sort en salles ce 19 octobre 2016 (vo russe avec sous-titres français)  à l’Espace Saint-Michel (7 place Saint Michel, Paris 5ème), avec débat le mercredi 19 octobre à 20h en présence du réalisateur Alexander Kuznetsov, et au cinéma 7 Parnassiens (98 boulevard du Montparnasse, Paris 14ème).

manuel-de-liberation_alexandre-kuznetsov

 

Anna Karenine au théâtre Montansier

Reprise du célébrissime chef d’oeuvre de Tolstoï du 12 au 16 octobre 2016 au théâtre Montansier à Versailles. Dans cette adaptation de Gaëtan Vassart, la belle et rebelle actrice franco-iranienne Golshifteh Farahani joue Anna Karenine, cette femme qui choisit de vivre sa passion et d’aimer jusqu’à en mourir. Un rôle salué par la critique!

Et pour vous mettre complètement dans l’ambiance, le foyer sert un buffet russe avant et après la représentation! Renseignements et réservations sur le site du théâtre.

Teaser ANNA KARENINE from Diego Governatori on Vimeo.

Kollektsia au Centre Pompidou: 40 ans d’art non-conformiste en Russie

Rétrospective exceptionnelle au Centre Pompidou: plus de 350 oeuvres soviétiques et russes des années 1950-1990 ont été données au Centre Pompidou et y sont exposées jusqu’au 27 mars 2017 à l’initiative de la Fondation Vladimir Potanine. « Kollektsia » rassemble ainsi les principaux courants et artistes en marge de l’art officiel à une époque où la chape de plomb du réalisme socialiste bridait toute autre expression.

Et pour ceux qui veulent aller plus loin qu’une simple visite, sont programmées jusqu’en décembre quatre rencontres avec des artistes participant à Kollektsia: AES+F, Yuri Albert, Yuri Avvakumov, Ekaterina Degot (sous réserve de confirmation), Andrei Monastyrsky, Vadim Zakharov ou Vladimir Yankilevsky, etc.

Cette donation artistique est aussi politique, destinée à accroître la visibilité et l’image de la Russie et de sa culture en France. On en redemande!

Boris Orlov, Totem à 3 têtes, 1989

Boris Orlov, Totem à 3 têtes, 1989

La Khovantchina et Boris Godounov de Moussorgski au Festival de films d’opéra au Balzac

Deuxième édition du festival de films d’opéra du 6 au 19 juin 2016 au cinéma Le Balzac (1 rue Balzac, 75008). Et deux soirées y sont consacrées à des oeuvres de  Moussorgsky filmée par la réalisatrice Vera Stroeva: La Khovantchina (1959, 2h10) avec orchestre et choeurs du Bolchoï, projetée le jeudi 9 juin 2016 à 20h; et surtout son oeuvre la plus célèbre, Boris Godounov (1954, 1h50), projetée le mardi 14 juin 2016 à 20h.

Tarif: 13€ – Renseignements et réservations sur le site du cinéma:
http://www.cinemabalzac.com/public/musique/opera.php

Page 2 sur 131234510Dernière page »