Blog

Zarina Kopyrina: chanson yakoute

« Mon âme me demande de chanter ! ». C’est ainsi que Zarina Kopyrina, originaire d’un village de République Sakha, au nord de la Sibérie, évoque son engagement musical. L’héritage des Sakhas résonne à travers sa voix, contrastée, vive ou plaintive, comme un murmure inspiré ou un chant puissant, toujours passionné.

Accompagnée du compositeur et musicien Frédéric Nogray, spécialiste des compositions sur bols de cristal, Zarina Kopyrina se produit le jeudi 13 février 2014 à 20h30 en l’église Saint Joseph-des-Artisans (214 rue Lafayette, 75010, Mo Louis Blanc ou Jaurès). Pour bénéficier d’un tarif de groupe (6€), voir avec Olga. Et pour une réservation individuelle (12€): www.billetreduc.com/106052/evt.htm

Atmosphère envoutante garantie!

Zarina Kopyrina

Journées du Livre Russe et Festival Russenko 2014

Vous n’avez que l’embarras du choix en termes d’événements culturels russes pour cette fin janvier 2014:

> Les Journées du Livre Russe et des Littératures Russophones les vendredi 31 janvier et samedi 1er février 2014 à la mairie du 5ème Arrondissement de Paris. Thème central 2014: Saint-Petersbourg. Tables rondes, projections de films au cinéma voisin La Clef, le programme détaillé de ces journées est là: JLR 5e 2014

> Le Festival Russenko au Kremlin-Bicêtre (94) les vendredi 24/samedi 25/dimanche 26 janvier 2014. Ce foisonnant festival culturel couvre de nombreux domaines: théâtre, littérature, photographie, cinéma, danse, musiques actuelles, street art, marionnettes, mais aussi géopolitique, nouvelles technologies et économie! Ville d’honneur: Novossibirsk et toute la Sibérie Orientale (Lac Baïkal et Irkoutsk). Là encore, on vous joint le programme pour vous laisser choisir: PROGRAMME_RUSSENKO2014_web

Voyage dans l’ancienne Russie

Voilà une idée aussi bien de cadeau pour Noël que de sortie pendant les Fêtes: les photos de Voyage dans l’ancienne Russie.
Sergueï Mikhailovich Prokoudine-Gorsky (1863-1944) inventeur d’un procédé photographique couleurs inédit, réalise, de 1909 à 1915, des milliers de clichés sur plaques de verre, des régions de l’Oural et de la Volga, en passant par le Turkestan et l’Afghanistan. Sorties de Russie en 1918, près de 2000 de ces plaques de verre furent acquises par la  Bibliothèque du Congrès à Washington, en 1948. Etonnamment contemporaines, ces images d’une Russie d’avant la Révolution, stockées dans des malles, sont demeurées ignorées pendant près d’un siècle.

Double occasion de remédier à cet oubli et de découvrir la puissance d’évocation de ces images. Une centaine d’entre elles, que seule la technologie du virtuel permet aujourd’hui de restituer, est à découvrir jusqu’au 13 avril 2014 au musée Zadkine (100 bis rue d’Assas, 75006).

Et l’éditeur Albin-Michel en a réuni 180 en un beau livre qu’on peut se procurer au musée Zadkine ainsi qu’en librairie:
Voyage dans l’ancienne Russie
Editions Albin-Michel, 22 x 24 cm,
reliure à la Bodoni,
176 pages, 29 €

Voyage dans l'ancienne Russie, livre avec 180 photos de Sergueï Mikhailovitch Procoudine-Gorsky

Voyage dans l’ancienne Russie, livre avec 180 photos de Sergueï Mikhailovitch Procoudine-Gorsky

Théâtre: « A la santé des traîtres », rêve d’exil d’une famille juive sous l’ère soviétique

Lauréate du concours d’écriture contemporaine 2013, A la santé des traîtres de Macha Orlova est une pièce inspirée d’une histoire vraie. En Russie dans les années 70, une famille juive reçoit enfin l’autorisation de quitter le pays. Peur incessante d’être arrêtés, intrusion d’un voisin communiste et hostile, menaces… rythment cette pièce qui dévoile une société soviétique mensongère et l’absurdité brutale de la bureaucratie.

« A la santé des traîtres est mon texte le plus personnel car cette pièce retrace l’histoire vécue par ma famille: le départ d’un environnement hostile vers des terres meilleures. Cette pièce a été pour moi un véritable travail de mémoire », explique Macha Orlova, comédienne et auteure de la pièce, née à Rome de mère russe et de père juif, qui grandit en Belgique et qui décida à l’âge adulte de monter à Paris pour vivre sa passion, le théâtre. Elle est devenue comédienne et directrice artistique de la compagnie Barberie. Dans A la santé des traîtres, elle joue aux côtés des comédiens Franck Jouglas, Marie Céolin, Sarah Gaumont et Patrick Girot.

Sante des traitres_Macha OrlovaUne plongée réaliste dans l’atmosphère oppressante de l’époque à voir du 3 décembre au 5 février 2014 les mardi et mercredi à 21h00, à la Manufacture des Abbesses (7 rue Véron, Paris 18ème; métro: Abbesses ou Blanche).

Bonus pour les élèves du Centre de Langue Russe: un tarif préférentiel de 13€ (au liue de 24€) pour aller voir la pièce! Réservations: manufacturedes abbesses.com ou par téléphone (01 42 33 42 03).

Le chanteur Vadim Piankov en concert à Paris

Le Bateau Daphné (en bord de Seine à deux pas de Notre Dame) vous invite à partager encore deux soirées envoûtantes, les jeudis 28 novembre et 5 décembre 2013,  avec le chanteur russe Vadim Piankov de passage à Paris. Au programme: de la poésie profonde et chaleureuse, en russe et en français, sur des textes de Vissotski, Baurin, Appolinaire, Brel, Okoudjava, Barbara,…

Pour découvrir Vadim Piankov, chantant Brel en français et en russe, avant de réserver sa place:

(la préférée de Victor et Olga)


Et pour réserver:
tél : 01 30 36 18 88 -mail: info@bateaudaphne.com

Pour y aller:
le Bateau Daphné est amarré face N°11 quai Montebello 75005 Paris.
M°: St-Michel ou Maubert-Mutualité
escalier « Batobus / Notre-Dame »
parking Lagrange

Vadim Piankov

Regards de Russie: semaine du cinéma russe

La 11e Semaine du cinéma russe à Paris « Regards de Russie » a lieu cette année entre le 13 et le 19 novembre 2013. Au programme: douze nouveaux longs métrages (plus un « ancien » de 2003), un court métrage, trois documentaires, de l’animation… des choix difficiles en perspective!

Quelques commentaires pour vous aider à vous y retrouver:

Le géographe a bu son Globe: film d’ouverture de la semaine, il a déjà été primé au festival de Sotchi et est très apprécié par les Russes pour sa description juste de la vie actuelle en Russie

Légende n°17, qui retrace la victoire de l’équipe soviétique de hockey sur glace face aux Canadiens en 1972, devrait séduire au-delà des amateurs de hockey. Il reconstitue la vie du pays à l’époque et la fierté du peuple face à ce triomphe soviétique, comparable à la victoire de la France au Mondial de foot en 1998. Le film est déjà le film de l’année 2013 en Russie. Notre élève Thierry et Olga l’ont vu et vous le recommandent.

Metro: film catastrophe, très réussi dans son genre, il a beaucoup séduit Olga…

Week-end: remake du célèbre film français Ascenseur pour l’échafaud, transposé dans le Moscou moderne, par Stanislav Govoroukhine, metteur en scène très reconnu en Russie.

Judas: les états d’âme de Judas Iscariote, adaptation d’une nouvelle de Leonid Andreiev, un des auteurs les plus connus du début du 20ème siècle, intellectuel et mystique. Très apprécié par Olga (l’auteur, pas encore le film qu’elle n’a pas encore vu!). L’acteur Alexeï Chevtchenkov a été primé pour ce rôle au festival du film de Moscou.

« Regards de Russie » a lieu aux cinémas « l’Arlequin » (76 rue de Rennes – 75006 Paris, Métro St Sulpice), « Le Majestic Passy » (le 14 novembre, 18 rue de Passy – 75016 Paris, Métro: Passy) et « Le Reflet Médicis » (le 15 novembre, 3 rue Champollion – 75005 Paris, Métro: Cluny la Sorbonne). Tous les films sont montrés en version originale avec sous-titres. Certaines séances offrent aussi la possibilité de rencontrer réalisateur ou acteur. Synopsis et horaires: http://www.cinema-russe-paris.com/

Regards de Russie 2013

Rétrospective Serge Poliakoff au Musée d’art moderne de Paris

Peintre abstrait, Serge Poliakoff (né à Moscou en 1900, mort à Paris en 1969) explore les relations entre la ligne et la surface, le fond et la forme, la couleur et la lumière. Les couleurs concentrées, la vibration de la matière, l’agencement savant des formes s’équilibrent dans une tension énergique contenue, jouent ensemble un rôle capital.

Le Musée d’Art moderne de la Ville de Paris consacre à Serge Poliakoff (1900-1969) une importante rétrospective de près de 150 oeuvres réalisées entre 1946 et 1969. Un accrochage dense de gouaches complète cette présentation, ainsi que des projets de tissus, de vitraux et de céramiques. C’est la première exposition parisienne importante consacrée à Serge Poliakoff depuis 1970, à ne pas manquer donc pour les amateurs. A voir jusqu’au 23 février 2014.

Serge_Poliakoff

Tagged

Idiot d’après le roman de Dostoïevski au Théâtre de Belleville, à côté de notre Centre

IDIOT_DostoievskyLe Théâtre de Belleville, avec le Théâtre Amazone – Compagnie Laurence Andréini vous propose de découvrir à partir du 15 octobre 2013,

IDIOT, d’après le roman de Fédor Dostoïevski, sur une mise en scène de Laurence Andreini.

Rappelons ici brièvement le thème du roman L’Idiot: Le Prince Mychkine redécouvre la société russe après 4 années passées en Suisse. Visionnaire et sincère, il passe pour un idiot aux yeux de ses contemporains.

De ce roman tourmenté et flamboyant sur la société décadente russe, Laurence Andreini crée une partition pour six acteurs et veut proposer un théâtre poétique et généreux, à la recherche de la vérité.

Théâtre de Belleville
94 rue du Faubourg du Temple, Paris 11ème
Métro: Belleville ou Goncourt
Du 15 octobre au 24 novembre 2013
(relâche du 28 octobre au 4 novembre)
Du mardi au samedi à 21h15 et le dimanche à 17h,
Prix: de 10€ (- de 26 ans) à 25€
Infos et réservations sur le site: http://www.theatredebelleville.com/index.php

 

Joukov. L’homme qui a vaincu Hitler

Voilà une lacune enfin comblée: il n’existait pas de biographie en français du maréchal Joukov, héros soviétique qui a conduit l’Armée Rouge à la victoire face à la Wehrmacht de 1941 à 1945. Croisant ses Mémoires (longtemps censurées en URSS) et d’autres documents historiques, Jean Lopez, fondateur et directeur de la rédaction de Guerres et Histoire, et Lasha Otkhmezuri, ancien diplomate, font plus que retracer ce combat titanesque et l’énergie qu’y a mis Joukov. Ils éclairent l’ascension de Joukov depuis ses débuts pendant la Révolution jusqu’à sa mise à la retraite par Krouchtchev en 1957, ainsi que sa personnalité dure, aussi insensible aux pertes humaines que Staline lui-même.

JoukovJoukov. L’homme qui a vaincu Hitler
Perrin
732 pages, 28€

 

La Grande Catherine et Potemkine

Catherine Potemkine_Simon MontefioreLa Grande Catherine et Potemkine forment un des couples les plus célèbres de l’histoire, au même titre que Napoléon et Josephine. A la fois amants, complices et alliés politiques, la princesse allemande et le nobliau russe marqueront l’histoire de la Russie. La biographie conjointe du couple par l’historien britannique Simon Sebag Montefiore restitue à la fois scènes intimes et coups politiques, en s’appuyant sur de nombreuses archives dont leur correspondance privée.

Publié en 2004, à la suite d’un premier livre sur Potemkine en 2000, La Grande Catherine et Potemkine de Simon Sebag Montefiore est enfin disponible en français chez Calmann-Lévy (720 pages, 26,90€)