Blog

Les Oligarques de Christine Ockrent

Après Hillary Clinton et la présidence américaine, changement de cap pour la journaliste et écrivain Christine Ockrent.

Son dernier livre, Les Oligarques, juste paru chez Robert Laffont, retrace l’histoire récente de la Russie et en particulier la montée en puissance des oligarques. Christine Ockrent se focalise sur l’arrivée au pouvoir de Vladimir Poutine et des services de renseignements au tournant des années 2000. Il en résulte un nouveau partage du pouvoir et des richesses, au profit de ces « oligarques d’État » à la tête des conglomérats qui exploitent les ressources naturelles de cet immense pays. Lesquels se retrouvent en première ligne des sanctions décidées par les pays occidentaux après les événements de 2014 en Ukraine

Chronique d’une histoire encore en devenir, Les Oligarques est un ouvrage à ne pas manquer pour tous ceux qui veulent en savoir plus sur la Russie et le système mis en place par Poutine.

Christine-Ockrent__OligarquesEditeur:Robert Laffont
375 pages
21€

Regards de Russie, 12ème semaine du cinéma russe à Paris

Regards-de-Russie-2014Tradition automnale: la semaine du cinéma russe à Paris au cinéma Arlequin (76 rue de Rennes) et accessoirement aux cinémas Reflet Médicis (près de La Sorbonne) et Majestic Passy. En tout 14 longs métrages dont 2 documentaires et 2 films d’animation sont à voir du 12 au 18 novembre 2014.

Nous recommandons à votre attention particulière Leviathan d’Andreï Zviaguintsev, actuellement en salles à paris, et très apprécié par Olga et tous les élèves du Centre l’ayant vu (cf précédent article dans ce blog). Autre valeur sûre: Les Nuits blanches du facteur Alexeï Triapitsyne d’Andrei Kontchalovski, pressenti pour les prochains Oscars… jusqu’au refus de Kontchalovski d’entrer dans la compétition! A voir également: Il est difficile d’être un Dieu d’Alexeï Guerman, dernière oeuvre du maître dont on parle beaucoup en Russie. Olga vous recommande aussi Encore un an d’Oxana Bytchkova, dont elle a apprécié les films précédents pour leur manière de parler d’amour et de sentiments.

Programme détaillé et horaires:
http://www.cinema-russe-paris.com/

Leviathan d’Andrei Zvyagintsev

Quatrième film du célèbre réalisateur, Leviathan a déjà rassemblé plus de 100 000 spectateurs en France. Synopsis: au milieu de paysages splendides du Grand Nord, un ancien officier se bat en vain contre l’ordonnance d’expulsion qui va le chasser lui et sa famille de leur maison.

Andrei Zvyagintsev poursuit ici un cinéma symbolique dans la lignée d’Andrei Tarkovsky. Les personnages semblent caricaturaux, mais leur odyssée reflète  le climat actuel de la société corrompue en Russie, particulièrement en province où les dirigeants locaux peuvent se montrer de véritables potentats qui se croient tout permis. L’Eglise orthodoxe elle-même se retrouve ici du mauvais côté, manipulatrice et instigatrice du mal. Un quatrième film beau et austère pour Andrei Zvyagintsev, après Le Retour (2003), Le bannissement (2007) et Elena (2011). Et à notre avis son meilleur film à ce jour.

Leviathan_Andrei-Zvyagintsev

4 films classiques russes de Gleb Panfilov en DVD

Le réalisateur Gleb Panfilov, né en 1934, et l’actrice Inna Tchourikova débutent ensemble leur carrière au cinéma à la fin des années 60. Si Panfilov s’impose aux côtés de Tarkovski, Mikhalkov et Kontchalovski comme l’un des cinéastes les plus doués de sa génération dans les années 70, Tchourikova, à la fois rêveuse, fragile, brûlante d’émotions et de tendresse se distingue comme une actrice extrêmement originale.

Résolument engagé et réflexif, le cinéma de Gleb  Panfilov et Inna Tchourikova est habité par la question de la place de l’art et de l’artiste. Une même idée irrigue les films du coffret, celle d’être libre et créatif dans une société inerte qui semble avoir oublié les idéaux de la révolution : ainsi les peintures de la jeune Tania dans Pas de gué dans le feu , la vocation d’actrice de Pacha dans Le Début,  l’idéalisme d’Elizaveta dans Je demande la parole et  la foi perdue de l’écrivain Kim dans Le Thème . Tous ont été distingués dans les plus grands festivals à l’image de Le Thème qui, bloqué par la censure pendant sept ans, reçut l’Ours d’or à la Berlinale en 1 9 8 7.

panfilov-tchourikovaPotemkine Films sort en DVD quatre des plus grands classiques de ce couple célèbre en Union Soviétique:

– PAS DE GUÉ DANS LE FEU
Russie, 1967, 95 min, VOSTF
Léopard d’or – Locarno 1969
Juillet 1918. Une jeune infirmière dans un train de l’Armée rouge tente d’échapper à l’horreur de la guerre civile en peignant.

– LE DÉBUT
Russie, 1970, 91 min, VOSTF
Lion d’argent – Venise 1970
Une jeune ouvrière passionnée de théâtre est remarquée par un réalisateur qui cherche une actrice pour jouer Jeanne d’Arc

 

– JE DEMANDE LA PAROLE
Russie, 1975, 145mn, VOSTF
Prix spécial – Karlovy Vary 1976
Malgré la mort accidentelle de son fils, la maire d’une petite ville continue de faire face à ses responsabilités

– LE THÈME
Russie, 1979, 98 min, VOSTF
Ours d’or – Berlin 1987
Un écrivain célèbre en mal d’inspiration vient se ressourcer dans une petite bourgade enneigée

Avec en bonus une présentation des films et de Gleb  Panfilov et Inna Tchourikova par Françoise Navailh, critique et historienne du cinéma russe et soviétique.

La Mouette d’Anton Tchekhov à Nanterre Amandiers

La Mouette (1896), première des 4 pièces les plus connues de Tchekhov, parle d’amour, d’art et de désir d’être reconnu. Ce grand classique revient cet automne en version française au théâtre des Amandiers à Nanterre. Un événement qui marque le retour sur scène de Nicole Garcia , dans une mise en scène signée par son fils Frédéric Bélier-Garcia.

A voir du 26 septembre au 12 octobre 2014, tous les jours sauf lundi. Renseignements et réservations: http://www.nanterre-amandiers.com/

Les Ongles, premier roman de Mikhaïl Elizarov maintenant publié en France

Mikhaïl Elizarov est né en 1973 dans la région de Kharkov, en Ukraine mais vit aujourd’hui à Moscou où il est même un héraut du « national-bolchévisme », courant de pensée récusant les valeurs occidentales pour mieux chercher une voie spécifiquement russe.

Son quatrième livre, Le Bibliothécaire, (édition française: Calmann-Lévy) avait définitivement établi sa réputation d’écrivain en décrochant le Russian Booker Prize en 2008.

Mikhail-Elizarov_ongles_couvSon premier livre, Les Ongles (2001), écrit pendant des études de cinéma en Allemagne, avait déjà suscité la curiosité par son style picaresque. Il y raconte la vie, l’ascension et la chute de deux orphelins difformes, en un conte cruel et quelque peu fantastique. Une évocation de la Russie provinciale qualifiée par le Berliner Zeitung de « mélange alchimique de Gogol, de réalité russe, et de magie noire ». Ce livre paraît maintenant en français aux Editions Safran (192 pages, 16,50€) pour mieux découvrir cet auteur singulier.

Soirée de jazz russe à la Cantine Russe avec Roman Lankin (Tomsk, Sibérie)

L’association culturelle russe en France Maxime & Co (http://maxime-and-co.com/) organise une soirée de jazz russe le 11 septembre 2014 à 20h à la Cantine Russe à Paris avec Roman Lankin (chant et guitare), Alexei Derevitsky (contrebasse) et Leo Aniaba (batterie).

Roman-Lankin_Cantine-RusseOriginaire de Tomsk en Sibérie, Roman Lankin est un grand interprète de chansons russes, un excellent guitariste passionné de jazz et musique brésilienne. Son programme mélange chansons russes et bossa-novas en russe.

A noter que ce ne sera pas la seule apparition de Roman Lankin en France: invité dans le cadre du festival Interludia les 13 et 14 septembre 2014 à Gisors (dans l’Eure juste quelques kilomètres au nord du val d’Oise), il se produira aussi à Rouen le 9 septembre.

Pour le concert parisien à la Cantine Russe (26 avenue de New York, 75016 Paris – métro Iéna), l’entrée est libre, mais avec une réservation de table obligatoire :
resa@maxime-and-co.com ou 06 42 86 78 97

Le Chapiteau Vert de Ludmila Oulitskaïa

Le dernier roman de Ludmila Oulitskaïa revient sur l’histoire des dissidents en URSS.  L’histoire commence dans les années 50 et suit la vie de 3 garçons qui deviennent dissidents chacun pour ses propres raisons.

Comment devient-on dissident en Union Soviétique? Qu’est-ce qui distingue le héros du traître? Ce livre très dense, issu de longues réflexions de l’auteur, retrace la vie des gens dans l’Union soviétique à partir des années 50 et raconte aussi les relations complexes, parfois ambigües, des gens ordinaires avec les représentants du KGB, incarnant le mal mais parfois séducteurs et talentueux. Une condamnation sans appel du totalitarisme.

L’intrigue est captivante, la langue fascinante (en russe du moins, nous n’avons pas lu la traduction française que nous espérons à la hauteur). Olga vous recommande vivement cet ouvrage à la fois historique et psychologique.

Ludmila Oulitskaia_Chapiteau VertLe Chapiteau Vert

Ludmila Oulitskaïa

Gallimard

512 pages, 24,90€

Staline, pervers narcissique de Paul Fuks

Paul FUKS, auteur de ce livre et psychanalyste installé à Paris, démontre, en s’appuyant sur de nombreuses références historiques et surtout sur les propos tenus par Staline en privé, que le dictateur soviétique n’était pas un paranoïaque, comme on le répète à l’envi, mais un pervers narcissique – diagnostic bien plus grave qui rend mieux compte de ses méfaits. Cette étude passionnante offre une nouvelle interprétation, originale et inédite, du « cas Staline », on en trouvera d’ailleurs un résumé dans un article de L’Express: http://www.lexpress.fr/actualite/monde/joseph-staline-n-etait-pas-paranoiaque-mais-pervers-narcissique_1226743.html

Pourquoi ce livre, explique Paul Fuks: « Je n’ai pas la prétention de clore le débat des historiens sur ce qui du stalinisme a procédé du caractère personnel du dictateur ou du bolchevisme comme système, de la « paranoïa personnelle du dictateur » ou de la « paranoïa institutionnelle » considérée comme l’essence du stalinisme. Même si l’on considère la psychologie des acteurs de l’Histoire comme secondaire quant à la genèse d’un régime politique, cette dimension n’en existe pas moins et, comme telle, mérite d’être étudiée. Quelle que sera la place qu’on voudra lui donner, je propose de réfléchir sur le soubassement psychique de l’action de Staline. Ainsi, une attention particulière sera portée ici aux propos tenus en privé, où notre personnage n’était pas en représentation et où quelque chose de sa personnalité intime se laisse entrevoir. »

Pour en savoir plus, venez rencontrer Paul FUKS, à l’occasion de la parution de son livre, le mercredi 11 juin 2014 à 20h à la librairie Tschann, 125 bd du Montparnasse 75006 Paris.

Paul Fuks_StalineStaline, pervers narcissique
Paul Fuks
Editeur: L’âge D’homme
Prix: 19.00 € TTC

Gaudeamus de Lev Dodine au Théâtre de Bobigny

Gaudeamus raconte en quinze tableaux la vie des casernes en URSS, la camaraderie, les beuveries, les femmes, le racisme, les drames et les absurdités de la vie militaire. Tiré du roman de Sergueï Kaledine, Bataillon de construction, le spectacle a été conçu au début des années 90 par  les élèves de la classe de mise en scène de Lev Dodine à l’institut théâtral de Leningrad. Lev Dodine a accepté de reprendre avec les jeunes comédiens de sa troupe ce spectacle mythique qui est en même temps une prouesse physique et une mémoire sentimentale des jeunes années en Union soviétique.

Du 22 au 25 mai 2014 à 20h30, dimanche à 15h30. Spectacle en russe surtitré en français.
Maison de la Culture de la Seine-Saint-Denis
9, boulevard Lénine
93000 Bobigny

Informations et réservations:
http://www.mc93.com/fr/2013-2014/gaudeamus


2013/14 Lev Dodine Festival – Gaudeamus… par MC93Bobigny