Blog

Semaine du cinéma russe à Paris du 14 au 20 novembre

Sous le titre « Regards de Russie » a lieu du 14 au 20 novembre 2012 au cinéma « l’Arlequin » (76 rue de Rennes – 75006 Paris, Métro St Sulpice) la Semaine du Cinéma Russe. Depuis 10 ans la vocation du festival reste inchangée : comprendre et montrer de manière objective l’état actuel du cinéma russe. Une vingtaine de films récents produits en 2011-2012 en VO sous-titrée seront projetés pendant la semaine: 14 longs métrages, 2 courts métrages, un documentaire, un film d’animation.

Nos conseils, sans avoir vu les films, sur la foi des critiques et avis de spectateurs russes:
> Papillon d’acier (Stalnaïa babotchka), un thriller noir psychologique de Renat Davletiarov qui a fait sensation en Russie, jugé un des meilleurs films de l’année par les spectateurs
> Le transfèrement (Konvoï), drame à suspense de Alexeï Mizguirev
> Récits (Raskazy), un regard particulier sur la vie actuelle en Russie de Mikhaïl Segal
> Le Chef d’Orchestre (Dirigior), drame musical de Pavel Lounguine , très habile à explorer l’âme de ses personnages. Le film est d’ailleurs projeté en ouverture du festival le 14 novembre
> Le dernier conte de Rita (Posledniaïa skazka Rity), drame fantastique de Renata Litvinova avec bande musicale de Zemfira: pour les amateurs de films d’auteur esthétiques et intellectuels

Programme complet sur www.cinema-russe-paris.com

Cet article a été posté dans Blog. Afficher le permalink.

4 Responses to Semaine du cinéma russe à Paris du 14 au 20 novembre

  1. Vincent says:

    Enfin un site dédié à la culture slave/russe, et de qualité!

  2. Olga says:

    Nous avons vu le film « Papillon d’acier » hier. C’est selon nous un film psychologique (les relations entre la jeune fille et le flic) plutôt qu’un thriller. Nos avis: entre « simplement bon » (un peu lent par moments) à « excellent » (très bons jeu d’acteurs et photographie, scénario et personnages bien campés).

  3. Emmanuel says:

    j’ai vu le film le Papillon d’Acier, c’est un film réussi et pourtant avec peu de moyens au départ comme nous l’a expliqué le réalisateur. Si vous avez l’occasion d’aller le voir, allez-y vous passerez un bon moment. Les deux acteurs: la jeune fille et le flic sont étonnants et jouent à merveille!
    je suis allé voir le film qui suivait le soir : « le dernier conte de Rita » avec moins de conviction que le premier…helas, confirmation! je me suis ennuyé.. L’ambiance est étrange et à vrai dire on ne sait pas trop où nous a emmené la belle et divine Renata. On attend, on se dit que tout va se décanter et que la lumière va venir par la suite mais rien n’arrive….Bon vous l’avez compris à part la ravissante Renata qu’on a plaisir à contempler, pour le reste nitchievo! faut peut être « être dans le trip » comme on dit ))

  4. Marc says:

    Je n’ai eu l’occasion de voir aucun des films recommandés, mais par contre j’en ai vu d’autres au cours de ce festival… Par ordre de préférence:

    Détails anodins d’un épisode fortuit:
    Court métrage qui m’a agréablement surpris par son ambiance totalement surréaliste. Le cadre: deux trains se croisent au milieu de nulle part , s’arrêtent l’un à côté de l’autre… et ne repartent plus…
    A voir, il dure une demi heure environ.

    Les désœuvrés:
    Film sympathique montrant une certaine jeunesse russe, un peu hors du temps, qui a comme principal intérêt de se baser sur des chansons de Виктор цой, chanteur du groupe Кино que j’apprécie beaucoup (disparu au début des années 90).

    Le face à face:
    Film très noir mais qui m’a bien plu… un homme se retrouve en prison suite à un accident automobile… il se doute qu’il a tué quelqu’un mais ne se rappelle plus. Sa femme vient le voir et s’en suit un dialogue animé et passionné alternant rupture et réconciliation, jusqu’au dénouement un peu prévisible malgré tout car cela m’a fait penser à un autre film (que je ne cite pas pour ne pas spoiler!).

    Ils sont tous partis:
    Beau film avec une belle image et des dialogues aisément compréhensibles même pour une oreille encore trop peu entrainée comme la mienne… L’histoire par contre est essentiellement une sorte de collection de souvenirs d’enfance du héros qui revient dans son village natal des années plus tard… Bref, un film contemplatif…

    La journée d’un prof:
    Le film qui m’a le moins convaincu… Il dépeint la vie d’un ‘petit prof’ d’un collège quelconque… on assiste à ses névroses (sa folie?) au cours d’un film qui devient un peu dur à suivre, à force.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *